Peace. But no love, please.

23 mai 2010

Why do you say you need me if you don't really care ?

Pourquoi faut il que d'un coup, tout arrive sans qu'on s'y attende.
J'ai compris. J'ai compris que j'avais besoin de lui, qu'il me faisait du bien, qu'être à ses cotés me calmait, m'apaisait. Mais alors ? Que demander de plus ? Ou, je suis apaisée à ses cotés, et je suis à la fois tellement remplie d'une énergie qui m'attire indiscutablement à lui. Je ne le trouve pas beau, je ne le trouve pas sexy. Et pourtant ... Et pourtant il a ce quelque chose .. Ces mains de guitariste, un peu fortes, dans lesquelles j'ai envie de glisser les miennes, tellement petites. Ce sourire rassurant, ce regard compréhensif, aimant. Oui, c'est ça. Il m'aime. Je crois que jamais un garçon ne m'a aimé comme lui, jamais quelqu'un n'a apprécié autant de chose en moi, aucun n'a accepté mes travers et mes qualités avec se compréhension. Et pourtant ce n'est pas possible. Pourquoi faut il que je laisse les gens s'attacher à moi à un tel point que la seule chose qui finit par compter pour eux, c'est de ne pas me perdre ? Oui. Il me trouve adorable, belle, exceptionnelle, douée, intelligente, drôle. Mais non, ce n'est pas possible. On s'aime trop pour avoir le droit de se perdre n'est-ce pas ? On doit en rester là. Il ne veut pas prendre de risque. Il tient trop à moi.
Et merde. C'est con quand même, tout ça. Pourquoi est-ce aussi mal foutu ? Pourquoi m'aime-t-il autant ? De quoi a-t-il peur ?

La vie est faite de risque. Décide toi, prends ton courage à deux mains. S'il te plait ...

Posté par peace_butnolove à 19:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


10 mai 2010

ahahah

Serait-ce de la jalousie ?

the_beatles_20070616_270931

Posté par peace_butnolove à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

for your love i do it.

Et bizarrement je retrouve ce sentiment que je pensais avoir perdu depuis un moment. Je le contemple, un moment, m'attarde sur ses yeux, sa bouche, son sourire et détourne le regard quand je croise le sien. Sourires en coin, mains trop proches, corps l'un contre l'autre.
Où va-t-on ?
J'ai encore le souvenir de sa peau contre la mienne, de ma main dans son cou, de ses paroles, douces. Des mots qu'on ne m'avait jamais adressés. Des mots que j'aurais repoussés, les bras tendus, en temps normal. Mais là, non. C'étaient ses bras à lui que je voulais, c'était son souffle près de mon oreille que j'attendais. Son souffle qui se faisait court et accéléré, mon souffle qui se mélangeait au sien. Nos deux corps qui s'enlaçaient, ses mains qui parcouraient mon corps, le long de mes cuisses, la courbe de mes hanches, mon dos, ma nuque et mes cheveux.
Qu'est-ce qu'on fait ?
Et voilà que maintenant, après avoir dit non, non on ne devrait pas, on ne sait pas ce que l'on fait, je finis par dire si, reviens, j'ai besoin de toi. Reviens, parce que je crie au manque, parce que j'ai besoin de ta chaleur, de ta bêtise, de ces mots, ces mêmes mots qui m'ont fait du bien l'autre soir.
"Tu es belle tu sais, arrête de dire le contraire. Tu es belle et je t'aime."
Tu m'aimes ? Qui me l'a dit, à part toi ? Quel garçon a osé les murmurer à mon oreille, dans la pénombre d'une chambre, me tenant serrée contre lui ? Aucun. Et maintenant ils trottent dans ma tête, sans relâche. Et cette chanson avec ...

Posté par peace_butnolove à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 mai 2010

n'ayez pas peur d'avoir des idées.

Qu'est-ce qui pousse les gens à se détruire autant ? A détruire leur présent et surtout leur futur ? Qu'est-ce qui les pousse à vivre dans l'inconscience, en étant persuadé qu'ils s'en sortiront bien, de toute façon ? D'où sortent-ils cette confiance feinte quant à l'avenir ?
J'ai peur.
J'ai peur de ce qu'ils vont devenir, de ceux qu'ils vont devenir. Ils ne s'en rendent pas compte, ils ne comprennent pas. J'ai beau les secouer, essayer de leur faire comprendre que ça ne fonctionne pas, ils n'ont pas l'air de vouloir comprendre. Ne veulent-ils pas s'en sortir ? Pensent-ils qu'un jour tout ira mieux ? Ils ne peuvent pas, ils n'ont pas le droit. Ils n'ont pas le droit de faire peur aux autres de cette façon, de dire "Je ne fais rien pour le moment, mais ça finira bien par passer". Pourquoi y auraient-ils droit, eux, et pas les autres ? Ne peuvent ils pas faire ce qu'ils veulent tout en assurant leurs arrières ? Ne peuvent-ils pas faire un effort ? Rien qu'un tout petit effort, pour les autres.
Pour moi.
Oui, après tout, ce n'est rien que l'égoïsme qui me taillade le ventre. L'amour pour moi, l'attention pour moi, le bien être des autres pour moi. Après tout, que n'importe qui d'autre foute tout en l'air, c'est son problème, mais pas eux, ils ne peuvent pas. J'ai placé tous mes espoirs en eux, ils n'ont pas le droit de me décevoir, ils ne peuvent pas. Et pourtant ils se le permettent. Peu leur importe de savoir qu'on s'inquiète pour eux, de savoir qu'on les observe se dégrader, chaque jour un peu plus, et qu'on assiste à ce triste spectacle, impuissants. Faut il que je la secoue par les épaule et que je plante mes yeux dans les siens pour qu'elle comprenne ? Faut il que je le gifle et que je lui hurle dessus pour qu'il réalise ?

Posté par peace_butnolove à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2010

la vie est ailleurs.

J-21 : Concert
J-21 : Représentation théâtrale
J-36 : Fin des cours
J-46 : Écrit BAC de français
J-46 : Fête de la musique + autre concert (?)
J-75 : Mer
J-92 : Afrique du Sud
J-120 : Terminale

Souvent j'aimerais arrêter le temps, l'attraper au vol et lui dire "Hé oh, toi là, arrête toi cinq minutes, reste là, ne t'en vas pas si vite". Plus les années passent et plus le temps semble s'accélérer. Et pourtant tout semble tellement loin. La perception du temps est une chose bien étrange. Parfois long et pesant, impossible à supporter. Parfois pressé et insupportable, comme s'il nous amenait simplement jusqu'à la fin. Que fait-on ? Que fait-on ici ? Parfois, j'ose lever la tête de mes cours, détourner le regard du tableau et je fixe le ciel, au dehors. Surtout quand il fait beau. Et je me dis : Que fait-on ? Que fait-on ici ? Je me dis qu'il suffirait que je dise "Non, je suis désolée, pas aujourd'hui, il y a mieux à faire", que je sorte doucement sans déranger les autres et que je mette les pieds dehors. C'est vrai, il y a tellement mieux à faire. Prendre le train, voir la mer, manger une glace, se faire les ongles, lire de la poésie, courir dans un champ, écrire, voyager, rencontrer. Il y a tellement mieux. Sauter à pied joints dans une flaque d'eau, faire des gâteaux et les manger encore chaud, observer les gens, retrouver la paix, au fond. Oui, c'est ça, faire la paix avec soi-même. Prendre du recul, pour une fois, sur tout ce qui nous entoure. Prendre du recul sur cette salle de classe et ce tableau vert beaucoup trop froids. Prendre du recul sur ceux que l'on aime ceux que l'on aime un peu moins. Prendre du recul sur soi-même. Se regarder, de loin, et se dire qu'il n'y a pas de raison de se faire la guerre, qu'on pourrait être tellement mieux si on était en paix.

Posté par peace_butnolove à 21:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2010

What can i do ? who can i be ? I need you and you need me.

MENTIR.

Sans arrêt. Mentir dans son apparence. Mentir dans sa façon de marcher, de rire, de sourire. Mentir dans sa façon de parler, de faire, de penser. Sans arrêt.
A quoi bon ?
S'enfoncer dans ses apparences, paraître fort, un tout petit peu plus fort que les autres parce que nous, au moins, on sait les affronter nos problèmes, mais on sait les garder pour soit. On sait avancer, comme si de rien n'était.
Comme si de rien n'était. Mais oui bien sûr, oui ! On y croit. Tu crois que je ne l'ai pas vu, ce léger plissement disgracieux à la fin de ton sourire ? Tu crois que je ne m'en suis pas aperçu ? Cette courbure maladroite de tes épaules, cette fatigue qui a l'air de peser ? Ne fais pas l'enfant, voyons, je te connais. Tous les matins je te regarde, dans le miroir. Je vois tout. Les cernes, les douleurs et l'intérieur. Tu n'as pas besoin de te cacher autant. Tu transpires le mensonge et la haine. Je le vois dans ce froncement, entre tes deux sourcils. Je le vois au travers de tes poings tellement serrés que les phalanges en sont blanches. Je le vois dans ton regard perdu. Loin, loin, loin. Quand toi, tout ce que tu veux, c'est partir. Loin, loin, loin.
Les abandonner, tous, tu en rêverais n'est-ce pas ? Tu rêverais de les laisser là, de disparaître quelques temps. De trouver cette paix. Parce qu'avec eux, ce n'est pas possible.

"La paix n'est pas possible : nous sommes deux."


Voir la mer. S'assoir, l'espace d'un instant, loin de tous. Regarder l'immensité du monde avec des yeux remplis de calme. Évacuer la haine, la balancer par dessus une falaise et se retrouver, enfin, comme avant. Retrouver celle que l'on a été. Et pas cette hypocrite, reine du mensonge, volcan tumultueux que tu es devenue.
Tu ne sais plus qui tu es, tu le vois bien. D'ailleurs, tu ne te le demandes même plus. Tu te crées ton image, tu la façonnes, jusqu'au moindre détail, jusqu'au bout des ongles, et tu laisses peu à peu pourrir tout ce qu'il y a à l'intérieur.


Tu ne t'en sortiras pas comme ça.

Posté par peace_butnolove à 21:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mai 2010

We walk through a world where nobody has been before ...

RENDEZ LEUR LEURS SOURIRES.

Ils le méritent.

Pourquoi n'y auraient-ils pas droit ? Prenez les miens, prenez les faux et même les vrais si c'est cela qu'il faut, mais rendez leur les leurs. Ils en ont tellement besoin. J'en ai tellement besoin. Je ne peux pas me lever le matin en sachant qu'ils ne les auront plus. J'espère simplement que, malgré ma mine défaitiste, eux, auront un sourire à me donner, un sourire vrai, sincère, sans arrière pensée. Je me contrefiche des autres et de leurs malheurs, je me contrefiche des qu'en-dira-t-on, je veux simplement, non, j'exige que les sourires soient rendus à ceux qui comptent pour moi. Leurs sourires pour forcer les miens, leurs sourires pour redonner des couleurs à mes journées, leurs sourires, sources d'inspirations. Leurs sourires, parce qu'ils sont tellement beaux.

2273174919_1

Posté par peace_butnolove à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :